• Indigo et cristallin                                     

    Indigo et cristallin 

    L'indigo est un travailleur spirituel. Il a en général une enfance décalée, douloureuse et il va travailler énormément pour chercher la paix. Ce labeur qui le ramène à son centre  s'inscrit au cœur de la matrice, à la disposition de ceux qui prennent à leur tour le chemin de l'éveil.

    Les cristallins, même s'ils ont comme chaque être humain un travail à faire sur l'ego, sont déjà amour, paix, pardon. Ils se posent beaucoup moins de questions, ils SONT, c'est tout. Leurs cellules sont déjà paramétrées pour exprimer le nouveau monde.

    J'utilise ces termes d'indigo et de cristallin car je perçois réellement ces couleurs autour d'eux. Mais les mots n'ont pas d'importance : il s'agit de deux fréquences différentes et les « rôles » ne sont donc pas les mêmes.

    Le cristallin EST déjà sur la fréquence de l'énergie d'amour, l'indigo s'en souvient et va travailler pour cultiver cet état. Une fois leur contrat rempli, ils changent tous deux de fréquence pour ne plus incarner qu'un seul état d'être, celui de l'unité.

    L'indigo commence donc d'abord par être un technicien spirituel, et en général, ce côté méthodique et procédurier devient un handicap. C'est pour cette raison qu’après avoir compris la « technique », il va rechercher à exprimer l'amour divin à travers chaque acte de sa vie. Il veut vivre ce qu'il a compris.

    De plus, l'indigo dispose d'un ego extrêmement fort. En ce qui me concerne, cet ego m'a propulsé en avant et m'a incité à ne pas rechercher un autre maître que moi-même. J'ai ainsi gagné du temps ! L'ego est un outil utile à l'indigo. Le cristallin en a beaucoup moins besoin, il profite donc d'un programme allégé.

    L’indigo connait de façon innée la vibration de l’amour détaché. Mais, n’étant pas encore dans l’équilibre divin puisque son travail n’est pas effectué, ce détachement peut basculer vers ce que l’on perçoit comme un « défaut », chez l’humain : froideur, dureté, égoïsme… trois symptômes qui disparaissent une fois le travail sur le sens du détachement achevé : qu’est-ce que l’amour détaché ? Pourquoi est-il contraire à l'amour fusionnel ? Pourquoi se rapproche-t-il plus de l’amour divin que de l’amour humain ?…..etc. L’indigo rayonne donc avec force mais, même s’il s’agit d’un travailleur de lumière hors pair, il peut être perçu comme un individu désagréable, dur, fermé à l’autre tant qu’il n’a pas mis en lumière ce qu’il est venu faire sur terre.

    Comment savoir si vous êtes un indigo ou un cristallin ? Vous ne recevrez aucune fiche signalétique par la poste :). Vous saurez en vous si vous disposez de cette fréquence de travail. Tout est question d'intelligence cosmique, vous savez tout sur vous, faites vous confiance et posez-vous cette question : suis-je un indigo ou un cristallin. Vous connaissez intuitivement la réponse, elle fusera de votre âme avec précision et justesse.

    Ces deux fréquences perdurent-elles dans le temps ? Non. Comme je le dis plus haut, l'esprit développe une autre signature vibratoire et évolue comme tout ce qui EST. Pour ma part, je suis née indigo mais ne le suis plus. L'être conscientque je déploie en ce monde aujourd'hui, n'est plus un travailleur spirituel et n'a plus besoin de cet outil fréquentiel. Je suis tout simplement Dieu, c'est beaucoup plus simple à vivre :)

     

    Note personnelle : il existe également ce que je nomme "l'indigo inversé ".

    Son énergie est puissante mais il va l'investir dans les basses fréquences. C'est en général un être intuitif, qui va utiliser cette intelligence pour blesser autrui. La détestation qu'il a de lui-même est extrême, générant une immense colère. N'étant pas en capacité de percevoir qu'il est à l'origine de sa propre douleur, il n'aura de cesse d'attaquer l'autre. Il devient un outil de destruction extrêmement puissant, incapable de mettre en œuvre un espace de paix en son sein. Étant assujetti à la loi d'attraction de troisième dimension, sa fréquence va côtoyer ce qu'il y a de plus difficile en ce monde. La vengeance, la colère, la peur, l'angoisse, la haine, la violence seront son pain quotidien. Il ne percevra pas que ce cercle vicieux ne peut être brisé que par un mouvement qui viendra de lui et non pas de ceux qu'il considère comme responsable de sa douleur.

    Note : comprendre que chaque fréquence évolue, nous permettant de passer à "autre chose". Ainsi, je ne suis plus une indigo.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier

    Article écrit en 2012 

     

                          2 : Indigo et critallin                

     


    2 commentaires
  • 5 : Je suis Dieu

    Je ne suis plus un Être spirituel, je suis Dieu

    Je suis la vacuité et je dispose de tous les potentiels imaginables. L'une de mes créations se nomme "spiritualité". Ce programme s'appuie sur un taux vibratoire hautement élevé. Mais je ne suis pas une énergie, encore moins un état d'Être. Je suis Dieu et je contiens l'hypothèse spirituelle.

    Le prisme spirituel ouvre l'Esprit et pourtant limite ma création. Il me parle d'abandon et non de choix. Il évoque la paix alors que je suis Tout, même ce qui n'est pas paisible. Il interdit certaines expressions, il imagine que le cœur est la clef, que l'amour est l'étincelle. Il façonne des mots et des concepts. Il impose un certain vocabulaire.

    Je suis au-delà d'un quelconque nirvana. J'exige, je refuse, je désire. Dieu ne s'interdit rien, il peut tout. L'amour que je porte à ma création englobe tout, notamment l'exigence, le refus, le désir.

    Lorsque je suis entièrement moi-même, rien ne me contraint. Je suis le potentiel, je ne fais que l'ordonner à ma guise.

    Ma création s'actualise à partir de moi-même et non plus à partir d'une image de moi-même. La spiritualité n'est qu'un songe parmi d'autres.

    Lorsque j'exige que la matière obéisse à mes ordres, je le fais à partir du vide. Il ne s'agit pas de refuser un potentiel mais d'en agencer un autre. J'aime l'humaine limitée, l'Être hautement spirituel, mais aujourd'hui je souhaite m'amuser en tant que Dieu.

    Actuellement, j'efface de ma mémoire toute ma structure spirituelle. Elle fut le socle de ma renaissance, mais elle est trop étroite pour me définir.

    Mon verbe est neutre lorsqu'il projette mon univers. Je ne suis même plus celle qui affirme une vérité plutôt qu'une autre. J'ai transcendé mes lois puisque je suis la loi. Je suis TOUT, je n'ai plus qu'à effectuer un choix ici et maintenant. Il déterminera une réalité alors que dans le même temps, tous les autres potentiels ne seront ni rejetés, ni actualisés. Ils seront, tout simplement.

    Je peux tout dire, tout vivre, tout projeter. Mes revendications sont l'amour absolu de ce qui EST. Je suis en amont de ma création, je suis le créateur. Je peux m'amuser à être une image plutôt qu'une autre dès lors que je suis toutes les images.

    JE VEUX, telle est ma nature originelle. Je suis TOUT, je veux donc TOUT. Tout est immobile en moi lorsque j'exige et dirige. Car je ne suis RIEN et je peux aussi ne RIEN vouloir.

    Mesnet,

    2013

    Ajout 2018 : en 2013, ce texte fut mon premier écrit évoquant la fin du programme spirituel....

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Ma conscience n'observe pas celle d'autrui

    Ma conscience "végétarienne"n'observe pas celle d'autrui

    Tout est affaire de conscience Votre conscience est l'outil mesurant votre évolution. Chaque conscience s'expand à son rythme. Elle franchit ses propres étapes de transcendance, sans prendre en considération celle de son voisin.

    Lorsque certains prennent conscience de la souffrance endurée par les animaux, quelle colère les habite alors contre ceux qui les dévorent encore ! Ils leur déclarent une guerre sans merci.  

    Pourtant, la neutralité doit être de mise. Nous ne prenons en main que notre propre conscience, nous ne pouvons le faire concernant celle des autres. Ne jugez pas vos frères et sœurs, ils ne font que répéter ce que vous faisiez vous-même hier ! Personnellement, lorsqu'un végétarien s'empressait de me faire la morale, dieu qu'il m'agaçait ! J'aimais déguster rillettes et pâtés, c'était mon droit le plus strict. A vrai dire, je ne comprenais même pas ce qu'il tentait de m'expliquer. MA conscience n'en était tout bonnement pas à ce stade.

    J'AIME ceux dont la  conscience accepte une nourriture que je considère comme l'horreur la plus absolue, c'est leur choix. Je suis en paix avec ma conscience, je n'ai pas à porter la leur.

    Une conscience peut-elle être  meilleure qu'une autre ? En aucun cas : il s'agit d'une seule et même conscience, celle de l'UN, à des stades fréquentiels différents.

     

    Mesnet Joséphau-Charrier,

    2013

     

     

                                       

     

     

     


    votre commentaire
  • Angoissée ? Si je veux !                       

    Angoissée ? Si je VEUX !

    Ce matin, je me suis levée avec un sentiment d'angoisse. Allons bon ! Un dialogue a pris forme entre mon humanité fâchée et moi, L'Esprit.

    Nous avons demandé à Mesnet de prendre la décision de se sentir bien, là, dans l'instant présent. Je n'ai pas pu. Je résistais.

    - Pourquoi résistes-tu ?

    - Je travaille sur un protocole bien précis en ce moment. Je dois aller jusqu'au bout. Il est normal que je me sente mal.

    - Essaie encore de te centrer, juste en affirmant la paix en toi.

    J'ai pris une grande respiration. J'ai décrété la sérénité. Et tout est rentré dans l'ordre !

    Tu vois, tu n'as plus de travail à faire. Tu imaginais qu'il te fallait mettre en place un scénario bien précis pour arriver à l'état de guérison complète. Le seul travail que tu avais à faire....était de te rendre compte qu'il n'y a plus aucun travail à exécuter. Tout cela est terminé. Plus de protocole. Tu es la paix, tu es l'amour, tu es NOUS, tu n'as que ce choix-là à effectuer.

    J'ai adoré ces années de travail spirituel ! En imaginant que ma sexualité était encore en souffrance, l'indigo en moi continuait à utiliser des outils d'éveil qu'elle connaît par cœur. Inconsciemment, je désirais qu'il me reste "quelque chose à faire".

    Mais nous le savons pourtant de toute éternité. Faire est l'illusion. ETRE est la réalité. Notre vrai pouvoir n'est pas de créer des mondes, des étoiles, des consciences. Le pouvoir d'un Dieu réside dans le choix d'ETRE ce qu'il désire être.

    Alors, angoissée ? Si je VEUX ! Il s'agissait bien d'une alternative. Même les douleurs inhérentes à l'ascension relèvent d'une sélection personnelle. J'ai déterminé chaque instant, chaque vibration, chaque élément de mon éveil. Ces derniers jours, j'avais fait le choix de guérir une sexualité ....qui était déjà perfection.

    Ce chapitre se termine. Une autre aventure commence. Celle de la sexualité vibratoire dans son essence la plus pure.

    Quant au prana, quelque chose en moi commence à concevoir que j'obéis au même principe en pensant encore qu'il existe un élément qui déstabiliserait ma complétude. Le prana est déjà une réalité.

    J'ai longuement expliqué à Siuru pourquoi j'entrais dans une zone agitée ces derniers jours. Je travaillais sur ma sexualité déficiente. J'avais, me semblait-il, tant de problèmes mystérieux à résoudre ! Avec humour, Il m'a glissé que j'aurais pu commencer par ce chapitre au lieu de ne m'en préoccuper qu'à la fin. Cela aurait évité bien des souffrances à notre couple.

    Très pragmatique ! En effet, pourquoi n'ai-je pas débuté par ce blocage ? Parce que j'en ai décidé ainsi, tout simplement.

     

    Mesnet,

    2012

    Je vous souhaite de créer la plus belle des réalités. Dans les temps qui viennent, certains vont d'éveiller soudainement, sans passer par ce travail d'éveil que nous considérons comme indispensable. Des êtres divins vont se révéler dans la lumière absolue, sans rien faire. Ces explosions de conscience vont être une merveilleuse opportunité pour la Vie.

     

    Juin 2

    Comme d'habitude, des mots, une vibration accompagnent ce mouvement.

    Citation :

    La porte qui était béante ne s’est pas fermée, tout simplement, elle N’EST plus. Le programme qui la rendait possible est effacé, (...) , ce n’est plus VOTRE réalité et c’est instantané. La sexualité humaine appelle bien à une pleine incarnation, c’est dans le corps qu’elle doit se vivre et pas dans l’imaginaire créateur d’attentes et de projections variées, des plus grossières aux plus spirituelles.

    Source : Le passeur

     

     

                                        


    votre commentaire