• Nos yeux contiennent une carte ADN

    Nos yeux contiennent une carte ADN

    Nos yeux contiennent une carte ADN

    Mai 2012

     D'aussi loin que mes souvenirs remontent, lorsque mon regard fixe un point, j'ai toujours deviné comme des "filaments" dessinés sur la rétine. Ils ne sont pas statiques, il est très difficile de les fixer. L'image qui me venait à l'esprit était celle d'un chainon  d'ADN. Lorsque j'ai lu le texte qui suit, la résonance a été forte.

    Citation : "A l’heure actuelle, le zodiaque comporte douze maisons, et l’ADN compte douze chaînes. Les douze chaînes d’ADN seront éventuellement visibles dans l’iris et il sera possible de lire le dessein génétique dans l’iris. Par leur reflet dans l’œil, les douze chaînes d’ADN révéleront les codes génétiques liés au dessein et à l’intention tels qu’ils sont conservés dans le sang."

    Source famille de lumière

    Comme d'habitude, il existe une vérité opposée. En troisième dimension, ces incrustations sont considérés comme une maladie bénigne. Il s'agit de la myodesopsie. Si je comprends bien le point de vue des médecins, tout le monde ne perçoit pas ces cordons mobiles.

    Les myodésopsies (aussi appelées « corps flottants du vitré ») sont des opacités de tailles, de formes et de consistances diverses présentes dans l'humeur vitrée de l’œil. Normalement transparent, le corps vitré change d'état avec l'âge et subit des transformations dégénératives, ce qui conduit à la formation de petites fibrilles, qui s'agglomèrent les unes aux autres et qui flottent dans le vitré en se déplaçant selon l'action conjuguée des mouvements oculaires, de la gravité et de l'inertie de celui-ci. Les myodésopsies sont visibles à cause de l'ombre qu'elles projettent sur la rétine, ayant un indice de réfraction différent à celui du corps vitré. Elles peuvent prendre l'apparence de taches, de filaments, d'anneaux ou de points.

    Ces opacités étant bel et bien présentes dans l’œil, il ne s'agit pas d'illusions d'optiques mais de phénomènes entoptiques.

    L'article complet est sur Wikipédia

      

    Pour finir, voici le témoignage de Chantal, qui a bien voulu partager avec moi son ressenti ainsi que ses graphiques :

    Ce matin encore, je les appelais les « ONIS » (Objets Non Identifiés), oui, mais ça c’était avant…Avant de lire le texte de Mesnet.

    Enfin, je peux leur donner un VRAI nom, soit : filaments, cordes ou bruns.

    Je les vois depuis toujours, tout le temps, ils font partis de mon quotidien.

    Autrefois, Lorsque j'étais enfant, je m'en amusais beaucoup, lors de trajets en voiture par exemple. Je les voyais défiler sur la vitre. Je me rappelle avoir demandé à mes parents s'ils voyaient ce genre de fils, serpentins qui se déplaçaient... la réponse fut « NON », bien entendu… 

    De façon cartésienne, je me suis dis que s'était simplement des nerfs optiques qui se reflétaient sur la rétine, mais en toute logique et en raison de leurs particularités cela s’avérait invraisemblable.

    Quelques détails importants pour mieux les reconnaître :

    1- Ils se déplacent de façon saccadée et accélèrent lorsque tu cherches à les fixer puis s'en vont sur les côtés et reviennent dès que ton regard se repositionne.

    2- Ils viennent spontanément en principe dans un état de relaxation, de non jugement et non contrôle. Bien que pour moi une simple pose d’une minute entre 2 activités dynamiques, par exemple assise dehors sur ma terrasse, regardant le ciel, ils apparaissent aussitôt.

    3- En principe le regard est fixe, un regard dans le vide, sans chercher à voir quelque chose, c’est comme un regard tourné vers l’intérieur de son être. Encore une fois, pour moi cet exercice est spontané et naturel.

    4- Aujourd'hui j'ai voulu les provoquer pour avoir une image récente avant d’en faire un dessin représentatif, mais cela a été plus difficile que prévu car ils viennent naturellement. De plus, je me trouvais à proximité d’un écran d’ordinateur, chose, à mon avis à éviter impérativement.

    5- Ils viennent donc spontanément sans intervention de l'esprit, du conscient ou du subconscient.

    6- Ils revêtent une multitude de formes et d’articulations comme dans un jeu de construction : on a des lignes droites, des courbes, des angles, des filaments tortueux et/ou enchevêtrés (nœud ou en amas), il peut y avoir des formes simples en « Z » ou en serpentins … 

    7- Ils sont souvent positionnés à la verticale, mais peuvent être aussi à l’horizontale.

    8- À l’intérieur de leur membrane interne, s’y trouve des ronds souvent au point d'articulation, mais pas seulement. La distance entre chaque rond est variable (2 peuvent être rapprochés et un plus loin). Un filament peut donc compter un ou plusieurs ronds. Il peut arriver de voir seulement un rond ou un nœud se déplacer.

    9- À l’intérieur des ronds, il y a un point noir bien centré.

    10- Ils sont toujours identiques dans leur représentation graphique. Leur contours sont de couleur blanche, avec des variantes de tons plus ou moins clairs, jusqu’à dénaturation complète rendant le filament presque imperceptible.

    11- Ils se déplacent de manière saccadées et à différentes allures mais leur combinaison interne reste statique.

    12- Lorsque que l’on regarde le soleil couchant par exemple, on commence par voir des points ensuite des filaments, une multitude de filaments organisés parallèlement en formes d’ondulations un peu comme un circuit imprimé ou en formes symétriques qui peuvent rappeler un Yantra ou des Mandalas.

    13- Les contours des filaments sont donc plus ou moins clairs et leur trait est légèrement dédoublé un peu flou comme lorsque l'on regarde les contours d'un dessin de trop près.

    Une variété de noisetier aux branches tortueuses représente pour moi assez bien les multiples facettes que peuvent prendre ces filaments lorsqu’on les voit séparément.

    Je m’étais gravée leur image en mémoire au cas où ils venaient à disparaitre et en attendant d’avoir une réponse un jour, peut-être…

    Et, aujourd’hui, c’est chose faite, grâce à Mesnet, laquelle je remercie sincèrement !

    Chantal DUMAS

      

    Je te remercie également Chantal pour cet échange fructueux. Il m'a permis de me concentrer avec plus d'acuité sur le sujet et d'affiner ma perception concernant ce phénomène. En ce qui me concerne, il ne s'agit plus d'une supposition, mais d'une évidence. Nos yeux contiennent notre génome. Rien n'étant le fruit du hasard, cette information me revient en mémoire pour une bonne raison et au bon moment.

    Depuis quelques jours, l'un de ces filaments a changé. Je parlerais d'un amas, tel que représenté sur le dessin de Chantal, en haut de page. Il est presque statique, ne bouge plus lorsque je l'observe. L'intelligence cosmique m'indique que mon ADN est désormais complet.

    Alors, maladie ou carte ADN ? Comme d'habitude, je ne transmets que ma réalité vibratoire, à vous d'entrer en résonance avec ces deux versions différentes, et d'affirmer ainsi votre vérité.

    Mesnet

     

    P.S. : je vous invite à relire l'article la dégénérescence à travers le prisme spirituel. Cet article n'énonce pas d'autre évidence que ce que je vous soumets aujourd'hui. Ce qui nous avons appelé problème de santé, ne sont que des outils que nous avons mal traduit.

     

    Une variété de noisetier aux branches tortueuses représente pour moi assez bien les

    multiples facettes que peuvent prendre ces filaments lorsqu’on les voit séparément.

    Chantal.

    10 : Nos yeux contiennent une carte ADN

     

     Photo wikipedia

                       

     

     Trois œuvres réalisées par Chantal.

     

    10 : Nos yeux contiennent une carte ADN               10 : Nos yeux contiennent une carte ADN  

          10 : Nos yeux contiennent une carte ADN

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :