• La poésie du corps

    La poésie du corps                       

    La poésie du corps

    L'Esprit que je suis est toujours au fait des dernières tendances :) Je ne parle pas de mode, bien que je me sois fendue récemment d'un article sur la couleur mauve. Non, j'évoque ici l'évolution qui s'inscrit tout naturellement au sein de la Matrice.

    Le regard personnel et intime que chacun porte sur son corps physique se transforme.

    Certains me racontent que dans leurs rêves, les plus beaux moments ne sont pas exempts de scènes durant lesquelles ils assouvissent un besoin naturel. Notre corps excrémente, transpire, sent, jouit....Le temps est venu pour nous de sacraliser le corps...en le désacralisant, justement ! Nous sommes en passe de faire la paix avec notre matière, ses fonctions, son odeur. Aimons notre corps "animal" sans gêne et sans répulsion. Prenons-le comme il est.

    Je suis de plus en plus à l'aise avec ma création. Je la laisse vivre sans en rejeter ses fonctions divines. Là encore, il n'est plus temps de faire le tri de ce que nous aimons et ce que nous refusons. Laissons remonter chaque image, chaque pensée. Nos nuits sont propices à ce changement de perception. Notre corps est une usine quantique ahurissante de beauté et de perfection. C'est cette nouvelle façon d'être, plus naturelle et exempt de tabou, qui s'installe tranquillement dans notre imagerie collective.

    L'information vibratoire se diffuse à son rythme pour chacun d'entre nous. L'animal que nous sommes va progressivement devenir poète en magnifiant ses organes, sa peau, ses os, son sang. Notre corps est poésie absolue, à chaque instant, même lorsqu'il remplit ses fonctions les plus stigmatisantes à nos yeux.

    Personnellement, c'est une étape que j'apprécie sans modération. Admirer mon corps, ne plus le stigmatiser, est source d'une liberté de plus en plus revigorante. J'accepte donc le nettoyage collectif en cours et je l'appuie du mieux possible. Cet effeuillage de mon être va à son rythme. Tout s'allège, devient plus facile.

    Il faut bien comprendre le processus en cours. En nous éveillant les premiers, nous avons dû nous extraire du champ matriciel.  C'est une opération délicate et douloureuse. Libérés de l'illusion, nous avons ainsi remodelé l'information contenue dans la Matrice. Cette dernière s'adapte en ce moment à notre état d'Etre.

    Et cela change tout. L'éveillé est comme un poisson dans l'eau. Ce qui est à l'extérieur de lui résonne harmonieusement avec sa nouvelle fréquence. Tout devient plus facile. Le Tout devient Unité. Il n'y a plus Nous et un monde inadapté à la vie d'un Dieu conscient. Il y a l'Amour en nous et autour de nous. Nous pouvons enfin nous appuyer sur une réalité plus stable.

    Jusqu'ici, l'éveillé se sentait seul, séparé de ce monde de troisième dimension. Aujourd'hui, le monde est le fruit de nos entrailles. Il a enregistré nos choix et s'y aligne de façon à les projeter en tant que réalité existentielle. Tout devient plus confortable pour ceux qui ont transcendé leur humanité. Et tout devient plus facile pour ceux qui entament le chemin, puisqu'ils baignent littéralement dans une information propice au changement. Le mode d'emploi de la résurrection est à porté d'âme, en quelque sorte. Cela n'évite pas la douleur du processus d'éveil, mais cela le facilite grandement.

     

    Mesnet

    2012

     

    Certains, comme Artaud ont déjà entamé ce travail de libération du corps.

    Artaud cherche à agir comme poète, soit à recréer, à réinventer le réalité. Si les sociétés, les religions veulent nous déposséder de nos vies et de nos corps, la poésie a pour tâche au contraire de nous les rendre. Il y a un " désenvoûtement poétique " qu´Artaud cherche à réaliser dans la seconde partie de sa vie, une fois débarrassé des mythes. Les motifs d´Artaud s´appelleront alors " poésie fécale " et " corps sans organes ", l´une entreprise de désaliénation verbale, l´autre de libération physique par rapport à toutes les médecines et volontés de maîtrise individuelle et collective du corps. La poésie s´affirme alors comme l´apparition d´un " corps neuf ", de ce qu´Artaud appelle une " immortalité corporelle " :

    Source : Fabula

     

    L’œuvre d’Antonin Artaud s’inscrit dans le prolongement de la voie ouverte au siècle précédent par Rimbaud, qui invite à la danse des mots et des corps dans une Saison en enfer. Artaud tentera lui aussi d’écrire le corps qui danse, d’entraîner le lecteur en deçà du langage et des signes, dans une écriture des rythmes, du cri, du mouvement et des gestes. Il s’agit pour cet écrivain d’échapper à son corps cadavre afin de se réincarner dans « le corps neuf de l’écriture », et il s’acharne à démembrer, désarticuler, désincarner, décharner à la fois son propre corps et le corps de la langue. Il se proclame un « insurgé du corps » et il ne cessera dans son œuvre de détruire/créer son corps et le corps de la langue, de s’exproprier de son propre corps pour pouvoir s’approprier dans l’écriture un corps autoengendré.

     

    Dans la poésie d’Artaud, la matière verbale devient organique, c’est une œuvre de chair, de sang, de souffles, de halètements, de cris, de crachats, et aussi une écriture du tripal, du ventral, de l’excrémentiel…

    Source : cairn info

     

    Ajout 2018 : lorsque c'est l'esprit/Dieu qui PENSE son corps, son animalité, ses orifices, ses sécrétions, plus rien n'est considéré comme un problème ou une mal-façon. TOUT est l'expression du miracle de la vie, lavé de toute projection mentale : la honte concernant les fonctions naturelles du corps disparaît, elles sont le prodige de la création, comme tout ce qui est. La nudité et la convoitise qu'elle suscite est également neutralisée, le corps est simplement aimé dans sa toute puissante perfection.  

    Ainsi, lorsque JE vis la perfection de mon corps tel qu'il est, pourquoi vouloir le transformer ? JE suis ce corps, il est une mécanique que j’habite avec joie et que JE SUIS en même temps :)

    Ce n'est pas notre corps qui va changer, c'est la perception que nous en avons...et alors, tout cet imaginaire concernant un corps de lumière non-sexué et non-animal nous quitte pour ne laisser s'exprimer que la béatitude d'être ce corps :)

     


          

     


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :