• Hypnose

    Hypnose

    Hypnose

    J'ai vécu deux expériences concernant l'hypnose. La première remonte à fort longtemps et je n'en garde que peu de souvenirs. Je désirais "aller mieux" et j'avais décidé de tenter cette nouvelle approche. Mon imaginaire concernant cette technique s'inspirait directement de ce que j'avais pu voir au cinéma. Il suffisait de faire osciller devant nos yeux écarquillés un pendule et la magie opérait ! Qui n'a pas en tête ces séances spectaculaires durant lesquelles tout peut arriver ?!

    Ma première séance fut très éloignée de tous ces fantasmes. La thérapeute avait un drôle de visage et un strabisme qu'on ne pouvait que remarquer. Elle opérait dans un cabinet en plein centre-ville, ce qui générait un bruit intense dans son espace de travail. Elle m'a donné quelques explications sur le mode opérationnel, notamment sur le fait qu'elle hypnotisait uniquement grâce au son de sa voix. Je me souviens de m'être dit tout du long de la séance "mais ça ne marche pas, son histoire "! Et je suis repartie comme j'étais venue, en ayant le sentiment d'avoir perdu mon temps.

    La deuxième séance a eu lieu en Inde en 2013, avec l'un de mes compagnons de route. J.D, homme d'un certain âge possédait des capacités mémorielles hors normes. Je crois me souvenir qu'il s'appuyait sur des techniques éprouvées permettant de préserver la mémoire. Ses travaux s'inspiraient des dernières recherches concernant le cerveau et la mémoire. Il pratiquait également l'hypnose.

    Lors de cette séance, il m'a fallu m'abandonner en toute confiance entre les mains d'un homme que je connaissais à peine. Faire confiance et m'abandonner fut mon premier challenge. Mais j'étais en Inde pour "m'entrainer" à cela, mon choix fut donc aisé. J.D aussi s'appuyait sur sa voix pour aider la personne à entrer en état de conscience modifiée. Il était assis en face de moi, paisible et confiant. Il me parlait de tout et de rien, me posait des questions simples. Je me souviens avoir été vigilante au début. J'avais peur qu'il ne pénètre ma psyché et ne viole mon intimité.

    Entre le choix affirmé de vivre l'abandon et ma capacité à le faire, la marge était étroite mais bel et bien présente. Mon visage était crispé, je le sentais. Puis, palier après palier, je suis descendu "en moi-même". Ce n'est pas la même expérience que lors de mes propres "voyages" solitaires. J'étais consciente de tout ce qui se passait autour de moi, je me sentais "normale" et en même temps, je vivais quelque chose de plus lumineux sur un autre plan de conscience. Tout en moi était extrêmement calme et détendu. Je me souviens avoir posé une drôle de question. "Pourquoi suis-je en Inde ?". Et d'avoir répondu "pour expérimenter l'amour".

    La vie devenait véritablement limpide, j'étais connecté à un savoir vaste et complet. En fin de séance, J.D m'a invité à poser ma main sur n'importe quel espace de mon corps physique. Il m'a assuré que lorsque j'appuierai sur cet endroit précis, je reviendrai instantanément à cet état de calme absolu.  Il a nommé cela un "point repère" où "point mémoire", je ne me souviens plus. Il est encore efficient à l'heure où j'écris ces mots, même si je ne l'utilise jamais. Grâce à l'état d'hypnose, il a pu programmer un reflexe en moi.

    Extraordinaire processus !

    J'imagine que d'autres ont vécu une approche différente. Le domaine de l'hypnose semble vaste, d'après ce que je peux en lire ici ou ailleurs.

    J'ai assisté à une représentation, un soir dans un camping. Certains semblaient réceptifs, d'autres moins. Une ou deux personnes obéissaient totalement à l'organisateur du spectacle. Mais comment savoir s'ils ne jouaient pas la comédie ? Est-il exact qu'ils ne se souvenaient de rien après leur réveil ?

    Je ne peux relater que ma propre expérience, et celle-ci n'a pas abordé les limites de l'extrême. Je garde au contraire un souvenir très précis de ce qui s'est passé. J'étais plus consciente que d'ordinaire de la vie qui se déroulait en moi et autour de moi. L'abandon ne me menait à aucune prise de risques. A la moindre alerte, j'étais apte à couper le lien hypnotique maintenu par J.D. Pourrais-je dire que j'étais maîtresse de l'expérimentation en cours ? Même si une source extérieure à moi-même était à l'origine de cet état de conscience sublimé, je me sentais aux commandes de ce qui se passait dans ma vie et dans cette chambre.

     

    22 juin 2013

    JD a passé cette fin de semaine à la maison. Nos retrouvailles ont été chaleureuses et pleine de rires.

    C'est sur ma plus jeune fille qu'il a exercé ses talents de thérapeute. J'ai assisté à la deuxième séance et ce fut vibratoirement très fort. Il a très rapidement réussi à atteindre la zone liée à l'inconscient, et je sentais petit à petit diminuer la peur en elle. Ce programme qui crispe notre visage était atteint et dissout. Ne restaient qu'une grande paix et une joie...une telle joie !

    Lorsque vous atteignez un état de conscience modifiée, celui qui pratique l'hypnose va le vérifier en observant vos mains. Un de vos doigts va tressauter de façon compulsive. Je l'observe également lors de mes séances de travail. C'est un point de repère très efficace.

    Nous avons beaucoup échangé sur le sujet ce weekend. Il apparaît nettement que lorsque nous méditons et que nous entrons dans cet espace habité par l'Esprit, nous ne faisons en somme que pratiquer l'hypnose sur nous-mêmes. Il s'agit du même processus qui donne le même résultat. Lorsque nous atteignons ce niveau absolu de l'Etre, nous avons la capacité de nous délester de nos peurs, de nos anciens conditionnements.

    Ma fille a relaté ses premières impressions. Elle était infiniment présente lors de la séance, comme si sa perception du réel était affinée. Elle a perçu des images d'elle-même magnifiées par la paix qu'elle ressentait. La voix de JD lui permettait d'avoir une plus grande conscience d'elle-même, comme un fil conducteur qui la maintenait en état de présence. Après la deuxième séance, un temps de réadaptation au monde "réel" lui a été nécessaire.

    Elle a une analyse très pertinente concernant l'hypnose. Elle a compris qu'il s'agit d'une approche technique qui va rassurer ceux qui ne veulent pas entendre parler de spiritualité. L'hypnose parle de l'inconscient, pas de l'Esprit. Beaucoup d'études scientifiques valident les performances de ce type d'expériences. Cela permet à beaucoup d'humains d'aborder l'inconscient sans vraiment définir ce qu'il est vraiment. Il devient un élément concret, structuré, accessible, admis par la science même, validé par la société. L'autosuggestion ainsi calibrée permet de défaire certains conditionnements ancrés en nous.

    Et c'est bien là le principal !

    Mon approche du réel est inaccessible pour certains. Je peux effrayer ou devenir sujet de plaisanterie. Alors que l'hypnose est une évocation intrigante certes, mais plus abordable. Comme tous les chemins mènent à Rome....va pour l'hypnose ! Personnellement, je suis passionnée par les découvertes en cours.

    Petit détail amusant :

    J.D a été invité à Paris à une journée "porte ouverte sur l'hypnose". De jeunes praticiens essaient de démocratiser ce savoir et ils offrent leurs compétences sur un simple bout de trottoir ! Les gens curieux peuvent ainsi découvrir gratuitement cet univers. Cela m'a fait penser à un jeune homme qui pratique le reiki sur les marchés et cela confirme bien qu'une nouvelle approche de ces thérapies est en court.

     

      Le mentor de J.D se nomme Kévin Finel, c'est ce dernier qui l'a formé.

    Vidéo

     Je rajoute sur cette page quelques adresses ou trouvailles grappillées sur le net.

    10 questions sur l'hypnose

    Hypnose, mots pour maux 

    Ils murmurent à l'oreille des patients

      

    Mesnet Joséphau-Charrier

    2013

     

     

     

      

      

      

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :