• 3 : Je suis la conaissance

     

    Samedi 15 décembre 2012,

    je suis la connaissance

    Mais alors, si je ne suis ni le chemin ni les pas, si je ne suis ni l'action ni la réaction, s'il n'y a rien à chercher ni à atteindre.....je ne suis ni la question ni la réponse ! C'est pourquoi je vis de plus en plus la fin des questions. Je cherche de moins en moins, je ne lis plus car JE SAIS TOUT et dans cette dimension qui est la mienne maintenant, je n'ai même plus à savoir mais à être.

    JE SUIS LA CONNAISSANCE : voilà un élément de plus à ce que JE SUIS. J'ai basculé là encore d'un pôle négatif vers un pôle positif. Je perçois aussi en ce dimanche qu'il y a d'autres éléments à ranger dans le "pôle négatif" : je dois poser ma conscience sur "je ne suis pas l'ennui" et sur le "je ne suis pas la peur de l'ennui" pour concrétiser magnétiquement ce pôle négatif. Je vois bien que ce pôle négatif reflète ma fragile humanité.

    J'ai peur de l'ennui si je n'ai plus accès aux quelques plaisirs qui me caractérisent encore : quelque nourriture devant un écran. Il n'y a plus que ça qui remplit ma vie. Je n'arrive pas à lâcher prise. Je me sens obligée de remplir le vide, de peur de m'ennuyer. J'ai beau me dire que je ne suis pas cette peur, que je ne suis pas l'ennui, j'achoppe sur cette conscience limitée.

    Je ne perçois pas la bascule magnétique, cette espèce de déblocage vibratoire qui s'est réalisé pour toutes les autres notions de "je ne suis pas". Mais comme d'habitude, je ne lutte pasJe laisse juste ma conscience se poser sur ce qui est, et je laisse la peur s'écouler en moi. Je sais que cette peur est la peur primale, celle qui me coupe de MA PRESENCE.

    Il n'en reste pas grand-chose, juste "ça", mais c'est assez pour bloquer le processus de la mort totale et surtout de la renaissance. Il ne reste plus qu'un pas, qu'un fil à rompre. Pour l'instant la peur l'emporte.

    Mais depuis ces derniers jours, je vis l'évolution qui mène au lâcher prise. J'ai compris le processus, ne reste plus qu'à le vivre dans son intégralité. Ce petit "ça" énoncé plus haut, est bien la peur primale qui a initialisé notre existence humaine. C'est le noyau qui a formaté notre pensée, nos cellules, notre réalité. Il n'est pas étonnant que "ça" résiste encore. "Ca" est la peur !

    Et moi, je ne suis pas la peur.  Voilà, je touche à l'un des pôles négatifs les plus importants : la peur. Lorsque l'inversion des pôles sera totale, je pourrais affirmer ce que je suis réellement si je ne suis pas la peur primale. Il semble que la peur qui se concrétise à travers le manque amène la recherche de plaisirs, ces derniers permettant de compenser.

    Mais il semble qu'il y ait aussi une relation avec le temps : rythmer mon "temps" humain de différents plaisirs pour pallier au manque, ce serait ne pas vivre le temps présent ? Comment ne pas rythmer mon temps ? A quoi va ressembler ma vie si je ne compartimente pas le temps ?

     

    Mesnet

     

      Ce site est le fruit de l'Univers. Si ce texte résonne à votre cœur, il vous appartient.

    Vous pouvez l'utiliser dans son intégralité ou le morceler. Vous avez le droit de le

    transformer. Vous n'avez aucune obligation de me citer.

    Gratitude.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :